Jean-Pierre

39 posts

Conférence de Gaultier Roux « Pêcheurs et Pâques d’Islande » le 10 août 2019

Notre association vous invite à une conférence de Gaultier Roux: « Pêcheurs et Pâques d’Islande », lecture croisée de Pierre Loti et d’Anatole Le Braz autour de la statue à Lann Vras en Ploubazlanec ou dans la chapelle de Lannevez en cas de mauvais temps le 10 août 2019 à 16h00. Pensez à apporter votre pliant.

Cliquer sur ce lien pour obtenir plus de détails sur cet événement.

 

Lecture de textes de Pierre Loti et de Michel Lec’hvien le 26 juillet 2019

Notre association organise des lectures de textes de Pierre Loti « Soldats bleus » et de Michel Lec’hvien de Ploubazlanec « War hent ar gêr » autour de la statue à Lann Vras en Ploubazlanec ou dans la chapelle de Lannevez en cas de mauvais temps le 26 juillet à 16h00. Pensez à apporter votre pliant.

Cliquer sur ce lien pour obtenir plus de détails sur cet événement.

 

Conférence de Jean-Louis Marçot du 16 mars 2019 à Paimpol

Quelques notes prises par Yves Tricault lors de la conférence de Jean-Louis Marçot de l’Association Pierre Loti de Hendaye le 16 mars 2019 à la maison des plaisanciers de Paimpol.

Jean-Louis de présente: Anthropologue social et plasticien familier de l’Orient. 

Sa conférence comporte deux parties:

  1. Pierre Loti et sa vie à Hendaye
  2. Illustration avec son livre « Ramuntcho »

 

Le Pays basque a une frontière physique avec deux pays, la France et l’Espagne – les Pyrénées et la Bidassoa – 15% du territoire basque est en France, 85% en Espagne.

Nommé commandant d’un petit navire de surveillance à Hendaye, « le Javelot », Pierre Loti s’éprend du pays basque en 189, y achète une maison qu’il occupera au hasard de ses permissions jusqu’à sa mort en 1923, maison qu’il préférera à sa maison natale de Rochefort jugée trop froide.

Cette région du pays basque lui inspirera le roman « Ramuntcho ».

Bien que proche du petit peuple aussi bien que des grands de ce monde, Pierre Loti est un personnage clivant qui n’a pas que des amis.

En particulier dans une région attachée à la tradition qui lui reproche sa bigamie dont il ne se cache pas avec sa femme légitime Blanche dont il aura un fils « Samuel » et sa concubine basque Cruscita dont il aura trois fils « Raymond », « Edmond » et « Léo » décédé à l’âge d’un an.

D’autre part, Pierre Loti s’oppose au modernisme, à l’industrialisation de la région. Il s’en prend aux promoteurs et regrette la venue du chemin de fer troublant le calme délicieux par des sifflements et des bruits de ferraille (qu’il apprécie cependant lors de ses fréquents déplacements de Rochefort à Hendaye).

On peut distinguer 3 pôles importants:

  1. Son activité de capitaine de la chaloupe canonnière « le Javelot » avec pour mission de veiller au partage équitable des ressources en poisson d’une rivière « la Bidassoa » entre Espagne et France. D’autre part de veiller à la contrebande (ce qui ne l’empêche pas de leur prêter main-forte parfois). C’est aussi pour Pierre Loti l’occasion de se lié avec les matelots qui lui feront connaître le pays basque.
  2. Son attachement à la maison basque où il écrira son roman « Ramuntcho », nom basque correspondant à « Raymond ».
  3. Ses déplacements au château de Virginie d’Abbaye née en 1828, et veuve d’un personnage célèbre et qui l’initiera à la « basquitude ». Pierre Loti avait pour Virginie une tendresse d’enfant qui lui rappelait tout aussi bien sa mère ou sa tante de Rochefort.

Pierre Loti à écrit son journal: 5000 feuillets sur une durée de 40 ans; la période d’Hendaye en représentant un cinquième; environ 600 lettres; des correspondances avec la presse locale

En 1892, Juliette Adam, femme de lettres, s’installera chez Pierre Loti pendant huit jours.

 

La deuxième partie de la conférence de Jean-Louis Marçot était consacrée à des lectures de textes où je participais n’a pas donné lieu à d’autres prises de notes.

Il y eut deux séries d’extraits:

  1. Instant de recueillement
  2. Des extraits de « Ramuntcho »

Yves Tricault

Le 18 mars 2019

Voir article du Télégramme du 15 mars 2019

Voir article de Ouest-France du 18 mars 2019

Voir article de la Presse d’Armor du 20 mars 2019

 

Qui était René Dalibard? par Pierre Guérin

Retranscription intégrale de l’article paru dans Ouest France le 29 septembre 2018 

C’est à la salle Feutren que se tiendra, samedi 13 octobre, la conférence de Pierre Guérin sur René Dalibard. « Je suis parti du livre de François Chappée, à la recherche de ses sources. Certaines comme Kerlévéo et Grossetête sont des références connues. Mais René Dalibard était un parfait inconnu. J’ai commencé une véritable enquête de détective pour retrouver sa trace », explique Pierre Guérin en préambule.

C’est de cette enquête, véritable épopée, pleine de rebondissements qu’il viendra parler lors de la conférence. Avec la découverte de la thèse de René Dalibart en 1907 sur « la pêche en Islande telle que la pratiquent les Paimpolais. »

L’enquête a trouvé sa conclusion et Pierre Guérin en dévoilera le texte au public. « Une thèse intéressante qui élargie encore la vision sur l’histoire, ses sources recouvrant tout l’éventail social. Un panel extrêmement large qui crédibilise ses sources. Et aussi un texte très fluide, très clair et très simple à lire. »

Pierre Guérin en compagnie des membres de l’association Pierre Loti (Photo Ouest-France)

Voir l’article paru le 10 octobre dans la Presse d’Armor

Conférence de Gaultier Roux sur le regard de Pierre Loti sur l’Extrème-Orient

Discours d’accueil de Pierre Kerlévéo, président de l’Association Pierre Loti à Paimpol

Chers Amis,

Bienvenue et Merci, par votre présence, de perpétuer le souvenir de ces héros que furent de 1852 à 1935 les marins du pays de Paimpol qui affrontèrent la mer d’Islande.
 
Devant l’un des plus beaux sites de Bretagne, que cette émouvante statue de Francis Renaud associe pour toujours leur mémoire à celle de Pierre Loti qui les a aimés.
 
Au nom de l’association Pierre Loti à Paimpol, je remercie Madame le Maire, la Municipalité et Monsieur Jo Balcou pour leur soutien et leur efficacité. La semaine dernière, des oiseaux avaient osé salir la sculpture : le nettoyage est parfait !
 
Je salue Madame Anne Piketty et Monsieur Yves Nicolas qui représentent l’Association Internationale des Amis de Pierre Loti, fondée en 1933.
 
J’accueille Gaultier Roux, maître de conférence à l’Université de Fudan à Shanghai. La francophonie, c’est lui ! 
Au printemps, j’ai eu la chance d’assister à une conférence d’Alain Quella-Villéger sur Loti à Shanghai. Impressionnant d’entendre les étudiants Chinois s’exprimer dans un français remarquable !
 
Gaultier leur apporte notre littérature, notre culture, nos valeurs. Cet après-midi, il nous invite à réévaluer le regard de Loti sur l’Extrême-Orient.
 
Sur ses conseils, j’ai lu « Les derniers jours de Pékin », journal de guerre, écrit en 1902, dans lequel Loti relate le conflit entre les nations Européennes et les Boxers. 
J’y ai découvert un Loti historien, pressentant, avec trente ans d’avance, la longue marche de Mao Zedong et de l’armée populaire de libération en 1934 – 1935.
 
Écoutez : « Mon Dieu, le jour où la Chine, au lieu de ses petits régiments de mercenaires et de bandits, lèverait en masse, pour une suprême révolte, ses millions de jeunes paysans tels que ceux que je viens de voir, sobres, cruels, maigres et musclés, rompus à tous les exercices physiques et dédaigneux de la mort, quelle terrifiante armée elle aurait là, en mettant aux mains de ces hommes nos moyens modernes de destruction !… » 
 
Pierre Kerlévéo
 

Lettre de remerciement de Gaultier Roux suite à sa conférence.

Chers amis,

Bonjour !

Je vous écris ce message pour vous remercier de l’accueil qui nous a été réservé lors de notre venue à Paimpol et Ploubazlanec vendredi dernier. Ce fut pour moi une longue mais très belle journée et j’ai éprouvé un profond plaisir à retrouver ces lieux. J’ai par ailleurs pu constater à quel point une atmosphère chaleureuse peut y régner : faire vivre ainsi votre patrimoine aussi bien que la culture universelle vous honore.

La conférence que nous avons organisée fut un réel succès, à ce qu’il m’a semblé, et je souhaite de pareils succès à l’association dans ses projets futurs, pour lesquels vous pouvez évidemment compter sur mon soutien.

Bien amicalement à vous,

Gaultier.

Dr Gaultier Roux / 鲁高杰博士
Asst Prof., French Dept / 讲师, 法文系
200433上海市杨浦区国年路299号复旦大学外文学院(311号)
200433 Shanghai, Yangpu District, Guonian Lu 299, Fudan University, School of Foreign Languages & Literatures (Office #311)

À titre indicatif, vous pouvez consulter les documents qui avaient annoncé la conférence en cliquant sur ce lien,et pour ceux qui pratiquent la langue chinoise, voici la version chinoise.

Et l’annonce dans la presse

Assemblée Générale du 13 octobre 2018

Bonjour à tous,

L’Assemblée Générale Ordinaire s’est tenue le 13 octobre 2018 salle Feutren à Paimpol.

La soirée s’est terminée par une conférence de Pierre Guérin sur René Dalibard .

Article paru dans le Télégramme du 17 octobre 2018

L’association des Amis de Pierre Loti à Paimpol (APLP22) tenait son assemblée générale, samedi, à la salle Feutren. L’occasion pour organiser une conférence en conviant Pierre Guérin pour sa « Pêche en Islande telle que les Paimpolais la pratiquent » et, bien sûr, évoquer les réalisations de l’année et les projets à venir.

Statues voyageuses

Le temps fort fut évidemment la mise en place de la statue hommage à l’œuvre de Loti, des « Veuves d’islandais », en juillet, à Lann Vraz, à Ploubazlanec. Le président Pierre Kerlévéo a ensuite enchaîné sur le programme de l’année. Il sera notamment question de lancer une vente par souscription, actes du colloque « Les Bretagnes de Pierre Loti », qui s’était tenu à Paimpol, en 2012. « Au printemps, nous souhaiterions organiser une conférence sur Armand Dayot et voir enfin son buste sur son socle en ville », a lancé le président.

Enfin, statue encore, l’APLP souhaiterait faire venir à Tréguier la copie en plâtre des « Veuves d’Islandais », puisque la « Pleureuse » du monument aux morts est aussi une œuvre de Francis Renaud, « ce qui permettrait de réunir le Trégor et le Goëlo ».

Des cartes postales des veuves

Par ailleurs, des cartes postales représentant le dessin de la statue des « Veuves » vont être mises en vente.

Enfin, un partenariat va se créer entre la toute nouvelle société des amis de Loti, à Hendaye, où l’écrivain possédait une maison et l’APLP.

Le conseil d’administration de l’APLP est composé de : Max Querrien, président d’honneur ; Pierre Kerlévéo, président ; Nelly Souquet, secrétaire ; Jean-Pierre Tanvez, secrétaire adjoint ; Éric Kerlévéo, trésorier ; Serge Le Quéau, trésorier adjoint. Membres : Annie-Claude Ballini, Annick Chaussis, Emilie Desouche, Françoise Huchet, Françoise Lepinette, Mona Mériau, Yves Paindestre.

Article paru dans Ouest-France du 14 octobre 2018

L’association Pierre-Loti se lance dans d’autres projets

Les membres de l’association Pierre-Loti ont fait le point sur leurs projets lors de leur assemblée générale

C’était leur traditionnelle assemblée générale samedi… Les membres de l’association Pierre Loti se sont retrouvés Salle Feutren à Paimpol pour dresser le bilan de l’année passée. « De belles choses ont vu le jour, se félicite Pierre Kerlévéo, le président. Parmi elles, l’inauguration en juillet, de la statue « Veuves d’Islandais », à Ploubazlanec. Autre belles réussites : la poursuite du travail d’identification des marins décédés en Islande, la participation à quatre émissions de France 3 sur Pierre Loti et un site internet tout neuf.

Musée « Milmarin-Mémoires d’Islande » à Ploubazlanec

Texte intégral de l’article paru dans le télégramme le 30 juin 2018

Article du 30 juin 2018:

Mémoire d’Islande: Milmarin fête son nouveau musée

La maquette d’une des goélettes exposées intéresse manifestement Jean-Paul Poirier directeur du lycée de Kersa. (DENIS BORGEL)

Le musée Mémoire d’Islande a pris place depuis le 30 avril dans le centre Milmarin, à Ploubazlanec. Vendredi, la collection de l’association Mémoire d’Islande a été officiellement inaugurée. Avec la présence de nombreux visiteurs.

Entre Paimpol et l’Islande, il y a un point commun indissociable : la pêche. Les pêcheurs de la région se rendaient en effet dans ce pays pour pêcher. Ils revenaient avec des fortunes diverses, entre cargaisons fructueuses ou parfois des disparitions en mer.En 1994, quatre copains pêcheurs, Pierre Floury, Patrick Peltier, Paul Thépaut et Louis Corouge, ont créé l’association Plaereneg Gwechall, soit littéralement « Ploubazlanec autrefois ». Leur but ? Valoriser la mémoire de la grande pêche et, dans la foulée, créer un musée dans la maison d’un ancien pêcheur, François Le Buchan, qui a fait trois campagnes en Islande, grâce à des collections d’objets et de documents confiés à l’association par les descendants des pêcheurs ayant fait le voyage.

 

L’âme et l’esprit originel du premier musée.

En octobre 2016, il a été décidé de transférer ce musée, un peu vieillot, au tout nouveau centre Milmarin, dans l’ancien presbytère. Ce projet, porté par Alexandre Porteneuve, a mis un point d’honneur à transférer non seulement les collections, mais également l’âme et l’esprit originel du musée, avec une scénographie réussie de la société Agence Links. Des livrets de traduction, en breton et en anglais, sont proposés à l’accueil. Des bénévoles guident les visiteurs du musée, qui comporte deux niveaux, sur une centaine m².

La proximité directe du Mur des Disparus en mer avec le musée en fait un lieu de mémoire cohérent.

Ce musée, qui est ouvert au public depuis le 30 avril 2018, a été inauguré officiellement vendredi. Le nombre impressionnant de personnes présentes à cette inauguration est la preuve de l’intérêt que portent les gens du coin à ce musée. L’inauguration a été conclue par les discours officiels et un cocktail servi aux invités.

Article du 26 avril 2018:

Mer: Mémoires d’Islande ancrée à Milmarin

Bernard Le Rousseau, président de Mémoire d’Islande, savoure avec force l’emplacement de sa nouvelle collection

Une date à bien inscrire sur le calendrier. Lundi, le musée Milmarin, à Ploubazlanec, rouvrira ses portes avec, à son bord, la collection de l’association Mémoire d’Islande. Une page d’histoire se tourne en même temps qu’une autre s’ouvre.

Depuis 1994, une petite maison située derrière la mairie de Ploubazlanec abritait une petite pépite composée de souvenirs, d’objets, de documents, à la mémoire des pêcheurs d’ici, partis en Islande ou à Terre-Neuve. Mais ce petit musée, bichonné et surveillé comme le lait sur le feu par une poignée de bénévoles de l’association Plaeraneg Gwechall, devenait vraiment très étroit, vétuste. Plus du tout adapté à la mise en valeur d’une telle collection.

Une « vraie » ouverture.

Après un an de réunions de travail et de collaboration active avec les services de la mairie, le personnel du musée Milmarin et Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération (GP3A), ayant récupéré le « bébé » après la Communauté de communes Paimpol-Goëlo (CCPG), Mémoire d’Islande a trouvé place à l’intérieur de Milmarin, tout en restant gestionnaire et propriétaire de la collection. Lundi 30 avril va donc être le lancement d’une saison nouvelle : celle de la « vraie » ouverture de Milmarin, désormais complet. Gaëlle Bachet, responsable du site, rappelle que depuis l’été dernier, en 2017, le public avait déjà accès à « l’Appel du Large », espace dédié à la Marine marchande contemporaine ; aux Docks, qui est l’espace documentaire récolté et offert à la collectivité par Roger Courland, et au bureau d’information touristique dédié à la mer.

Quatre sections sur deux étages.

Désormais, on peut découvrir le tout nouveau visage de Mémoire d’Islande, à partir d’une scénographie de toute beauté. « Une tâche délicate », souligne Alexandre Porteneuve, animateur, ayant fait le lien avec la mairie.

La vie à bord comme si on y était.

De manière très sensible et émouvante, de nombreuses photos, souvent poignantes, retracent la dureté de la vie de ces hommes et quasi enfants parfois, embarqués à bord des goélettes. « On n’a pas l’odeur mais l’effet visuel restitue bien l’ambiance qui régnait à bord », évoque Bernard Le Rousseau, en faisant découvrir les objets de la vie courante et des témoignages audio. Sur place, le visiteur découvrira comment voir de plus près le mur des disparus, situé à quelques encablures.

 
Mais pour cela, il faut s’y rendre.
Milmarin (16 rue de la Résistance, près de l’église, à Ploubazlanec) : ouvert au public, pour le nouveau musée Mémoire d’Islande, du lundi 30 avril au 13 mai, de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h, puis d’avril à juin, en septembre, octobre et lors des petites vacances, du mercredi au vendredi et le dimanche, de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h ; en juillet et août, ouvert tous les jours. Tél. 02.96.55.49.34.
 
L’Association Pierre Loti à Paimpol est un contributeur de l’exposition, voir l’extrait du dossier de presse.

Partenariat fructueux entre APLP22 et l’AIAPL (Pierre Kerlévéo, président de l’APLP22)

Chers Amis
 
Au milieu de ses nombreux déplacements, Pierre Loti avait un avantage sur nous, celui de ne pouvoir être importuné par les grèves !
Rentrant de Chine, j’ai échappé à celle d’Air-France mais la SNCF en annulant mon billet, acheté il y a un mois, me prive du bonheur de me trouver parmi vous et de vous apporter le salut cordial et fraternel de vos Amis Paimpolais !
 
Je ne vous parlerai pas de la statue en hommage à Loti, érigé à Ploubazlanec face à un des plus beaux sites de Bretagne : le président Nicolas a si bien relaté dans le bulletin cette aventure qui a duré 80 ans !
Notre association voudrait éclairer la statue (par éolienne ou énergie solaire, auriez-vous des idées ?), mieux la signaler et aussi animer ce site, magnifique et émouvant. Elle a été contactée par Patrice Marie, auteur de la pièce de théâtre « Le voyageur idéal ».
Je n’ évoquerai pas la rencontre improbable Loti-Kerlévéo sinon pour vous révéler que la soutane du second vient d’être retrouvée !
 
Lors de notre prochaine assemblée générale de mai, un historien fera un exposé sur la thèse de droit, retrouvée en bibliothèque universitaire de Rennes et soutenue au début du XXe siècle par René Dalibard, un étudiant en droit  : « La pêche Paimpolaise en Islande ».
 
C’est un sujet mobilisateur. En mars, notre association a rempli le cinéma de Paimpol pour la projection d’un film sur le Père Yvon, un Capucin incontrôlable qui défendait la cause des marins de Terre-Neuve. En 1935, il les filmait au travail et créa même une radio avec l’autorisation du Front Populaire « Radio morue » !
 
L’association a découvert un autre prêtre, le Père Hamon qui effectua plusieurs campagnes d’Islande. Sa biographie nous apprend qu’il rencontra comme Loti l’Amiral Pottier et Monseigneur Favier, évêque de Pékin. Aumônier de l’escadre en Chine, il présida les funérailles de deux soldats en présence de Pierre Loti.
 
Ces informations proviennent de la lecture des « Derniers jours de Pékin », ouvrage que j’avais emporté. Y ai découvert un Loti visionnaire annonçant « la longue marche » et le maoïsme, dès 1902 : « Mon Dieu, le jour où la Chine, au lieu de ses petits régiments de mercenaires et de bandits, lèverait en masse, pour une suprême révolte, ses millions de jeunes paysans tels que ceux que je viens de voir, sobres, cruels, maigres et musclés, rompus à tous les exercices physiques  et dédaigneux de la mort, quelle terrifiante armée elle aurait là, en mettant aux mains de ces hommes nos moyens modernes de destruction ! »
 
Ce 17 avril, à l’Université Américaine de Shanghai, Alain Quella-Villéger a séduit comme toujours son auditoire en défendant la modernité de Loti. Ces étudiants Chinois, motivés par Gaultier Roux, leur passionnant professeur de lettres, qui fera une conférence à Ploubazlanec dans la seconde quinzaine d’août, s’exprimaient dans notre langue avec une telle aisance !
 
Au début de 2018, la télévision régionale France 3 a consacré quatre émissions à Loti et l’Islande. Vous les retrouverez sur notre site internet qui fonctionne à nouveau grâce à un webmaster d’une grande efficacité, Jean-Pierre Tanvez.
 
Les recherches statistiques concernant le nombre exact de disparus en Islande du pays de Paimpol se poursuivent aussi. www.marinsdislande.fr
 
Les actes du colloque de 2012 « Les Bretagnes de Pierre Loti » sont publiés.
 
Nelly Souquet, que vous connaissez bien, accueille de nombreux visiteurs qui apprécient la beauté de notre terroir qu’elle aime tant et dont elle a approfondi l’ histoire.
 
Chers Amis, merci de votre attention. Je ne vous importune pas davantage.
 
À chaque rencontre de notre conseil d’administration, un de ses membres lit un passage d’un texte de Loti qui lui apporte une émotion, un intérêt, un ressenti fort que le groupe partage.
 
Car pour rester dans l’actualité, paraphrasant qui vous savez dans « Tennessee » : « On a tous quelque chose en nous de Loti, cette volonté de prolonger la nuit, ce désir fou de vivre une autre vie, ce rêve en nous avec ses mots à lui ».
 
 

Don du pistolet de Sylvestre Floury au musée « Mémoires d’Islande »

Le pistolet de Sylvestre Floury (surnommé Chél )

Le jeudi 10 mai 2018, une cérémonie émouvante a eu lieu dans la salle « Pierre Loti » du musée « Mémoire d’Islande » au sein du centre Milmarin de Ploubazlanec.

Yves Floury est venu y déposer le pistolet de son trisaïeul Sylvestre Floury. Il était accompagné de plusieurs membres de sa famille dont : sa grand-mère Marie-Rose Floury, dite Mimi, 96 ans ; d’Antoinette Floury, 86 ans, petite-fille de Sylvestre ; de son épouse et de sa sœur ainsi que de 5 enfants.

C’est en présence également de Bernard Le Rousseau, président de l’association « Plaenareg Gwechall », de Pierre Floury, co-fondateur du musée « Mémoire d’Islande », et de plusieurs membres de l’association qu’Yves Floury, ému, a remis officiellement le pistolet, afin qu’il soit dans un lieu protégé, à la vue de tous.

Ce pistolet a une histoire. Selon la transmission orale familiale, Sylvestre Floury aurait sauvé la vie de Julien Viaud, Pierre  Loti de son nom d’écrivain, grâce à cette arme.

Sylvestre Floury (des Floury Perro), surnommé Chél, est né le 1er juin 1862 à Pors-Even, en Ploubazlanec, dans une petite maison appelée « Ker Janik », située dans l’impasse « Gardenn an Tadou Kozh ». par son père et par sa mère, il est doublement cousin de Guillaume Floury qui devient Yann Gaos, le héros du roman « Pêcheur d’Islande » de Pierre Loti. Quant à Sylvestre, il devient Sylvestre Moan dit Lurlu sous la plume de l’écrivain.

Sylvestre navigue d’abord au bornage, puis au cabotage et à la petite pêche.

Appelé dans la marine de guerre pour son service militaire, il rejoint la Division de Toulon, le 23 mars 1883, et embarque sur le transport BIEN-HOA qui l’emmène à Saïgon pour l’expédition du Tonkin. Il embarque ensuite sur différents bateaux « en Chine » jusqu’à son retour en France le 12 juin 1885. Il s’est donc trouvé en même temps que l’écrivain Pierre Loti au Tonkin.

Pierre Loti avait entraîné un groupe de personnes, dont Sylvestre, dans un endroit dangereux et malfamé. L’écrivain se trouvant en grand danger, Sylvestre lui sauva la vie en sortant son pistolet. Ce pistolet était conservé depuis par la famille Floury.

Au Tonkin, Sylvestre Floury a participé à plusieurs assauts et a été blessé à deux reprises au combat de Loch-Nan, le 6 octobre 1884, ce qui lui a valu la médaille militaire le 28 décembre 1884.

A son retour du Tonkin, Sylvestre reprend le cabotage et la petite pêche. Ce n’est qu’en 1888 qu’il embarque sur la goélette MARIE pour l’Islande. Il fera 25 campagnes d’Islande.

En 1889, il se marie à Marie-Françoise Le Cudennec et vient habiter le village de Boursoul en Ploubazlanec, sur la route de Launay.

L’histoire de Sylvestre a inspiré le romancier Pierre Loti dans son roman « Pêcheur d’Islande ».

Sylvestre meurt chez lui à Boursoul, le 24 décembre 1934, à l’âge de 72 ans. Il est inhumé dans le cimetière de Ploubazlanec et non comme l’écrit Pierre Loti dans un cimetière avec : « …des tombes mandarines, des dragons et des monstres ; d’étonnants feuillages, des plantes inconnues …dans l’île de Singapour… ».

Nelly SOUQUET, pour les associations Plaenareg Gwechall et Pierre Loti.

Loti et l’Islande dans « Le journal de Paimpol » (Articles relevés par Pierre Cordier)

 Février 1911 : Départ de 20 Goélettes pour l’Islande. Sous la plume d’un dénommé G.L., on pouvait lire:

Quand sous l’impression du roman de Pierre Loti, on veut vivre les émotions fortes ressenties à la lecture de « Pêcheur d’Islande », on éprouve une quasi déception. Non pas que la délicieuse baie paimpolaise ne soit pas agréable à voir par un soleil de février, aussi que dans le fond de la baie de Saint-Riom des goélettes louvoient, mais ces cortèges de mères éplorées, de fiancées regardant d’un œil terne les préparatifs de l’appareillage, tout cela existe plus ou moins sur les bassins de Paimpol. On ne peut, en réalité, assister à ces démonstrations que sur la stèle de granit qui surplombe le promontoire de Pors Even de sa silhouette de mort.

Là, muni de jumelles de vieux pêcheurs à la barbe hirsute, reconnaissant à des signes particuliers des goélettes sur lesquelles sont embarqués les chers absents. Et, en présence de ces indications, bien des paupières parlent des larmes et des mains fébriles, les mouchoirs s’agitent dans la direction des goélettes, qui sous l’impulsion d’une bonne brise, s’éloignent en saluant la terre de leurs pavillons…

Mouchoirs blancs… oh! Vous qu’on agite

Dans le mystère des adieux,

Petits mouchoirs, les morts vont vite,

Restez pour essuyer les yeux.

Mai 1924 : Pêcheur d’Islande

Le producteur et réalisateur Baroncelli va commencer la réalisation de « Pêcheur d’Islande », tiré du célèbre roman de Pierre Loti.

C’est Charles Vanel qui va interpréter le principal rôle masculin. Il était présent il y a plusieurs semaines à Paimpol afin d’étudier les mœurs des pêcheurs islandais de notre région. L’opérateur, originaire de Saint-Malo, Louis Chaix qui, l’accompagnait a déjà enregistré plusieurs séquences de l’armement et des départs des goélettes pour l’Islande.

Ce mardi 20 mai 1924, Baroncelli embarqué à Paimpol à destination de l’Islande à bord de la « MARIE ». À sa demande, une foule immense de Paimpolaise avec leur coiffe participe aux prises de vues.

Également sur place, des journalistes de tous les grands quotidiens parisiens. Et la « MARIE » largue les amarres ce mardi 20 mai à 8 heures du matin.

25 Avril 1925 : Paimpol Cinéma

Séances vendredi 24, samedi 25, dimanche 26 en soirées. Dimanche en matinée aux heures ordinaires

PÊCHEUR D’ISLANDE

  • Film de Baroncelli
  • D’après le roman célébré de Pierre Loti
  • Prix des places: Fauteuils: 3fr, Premières: 2fr, Secondes: 1fr

On s’écrasera dans la salle de cinéma. Il n’est pas un Paimpolais, pas un habitant de Loguivy-de-la-Mer, de Ploubazlanec, de Kérity, de Plounez et même de Lézardrieux qui pourra résister au plaisir de voir enfin réalisé à l’écran l’œuvre que tourna sous leurs yeux Mr Baroncelli. Il faudra venir de bonne heure pour être bien placé.

NB: il s’agit de la publicité relevée telle qu’elle dans le journal de Paimpol de l’époque. Le cinéma se trouvait à l’angle de la place du Marteau et de la rue de Romney. (À vérifier). Par la suite, on le retrouve au bout de la rue Nicolas Armez, derrière la mairie, en face de la maison du département. Puis, actuellement, derrière l’église.

29 janvier 1927: Article dans l’Exelsior repris dans le journal de Paimpol.

 « Mon frère Yves »

C’était le héros du livre de Pierre Loti que tout le monde a lu. Retraité de la Marine, Yves Le Corre* coulait des jours paisibles à Rosporden dans le Finistère, oū il était venu au monde. Il savait, on lui avait raconté que son lieutenant Viaud l’avait « mis » dans un roman et n’était pas sans en tirer quelque vanité, bien qu’il fut loin de sa célébrité mondiale. Il vient de s’éteindre à l’age de 75 ans et dort maintenant de son dernier sommeil à l’ombre de l’humble clocher de son petit village.

Si Pierre Loti vivait encore, quelle serait son émotion en voyant disparaître ce vieux compagnon qui lui inspira un de ses plus émouvants ouvrages, et dont il aimait à évoquer le souvenir.

*: il s’agit en realité de Pierre Le Cor (1852-1927)

 

Que pensez-vous de ce site?

Ce site a été conçu par une équipe de bénévoles ayant à cœur de faire connaître l’homme exceptionnel qu’était Pierre Loti à travers sa présence dans la région de Paimpol.

Nous faisons de notre mieux pour le faire vivre.

Nous sommes à la recherche de personnes qui souhaiteraient publier des articles. Si cela vous intéresse et après nous avoir noté, laissez-nous votre nom, votre prénom, votre adresse éléctronique et le sujet de l’article que vous souhaiteriez publier.

Par avance, merci

Conférence sur Loti à Shanghai le 17 avril 2018

Alain Quella-VIlléger à gauche sur la photo, a fait une conférence à l’Université de Fudan à Shanghai ayant pour sujet « La modernité de Pierre Loti ».

À droite sur la même photo, Gaultier Roux, professeur de littérature française, viendra faire une conférence sur « Pierre Loti et l’Extrême-Orient » près de la statue des « Veuves d’Islandais » à Ploubazlanec le vendredi 24 août à 18h00.
 
 
Passer la souris sur les photos ci-dessous pour votre les titres ou cliquer pour agrandir